24 mai 2021

C’est vrai, la crise sanitaire n’a pas vraiment bénéficié à la radio. Les confinements multiples et l’explosion du télétravail ont entrainé une baisse significative de l’audience du média. Une baisse concentrée sur les tranches de « drive-time », en prime et en fin d’après-midi. En un an selon Médiamétrie, la radio a perdu un peu plus de deux millions d’auditeurs.

« Les Français vont enfin retrouver les embouteillages et avec eux,

leurs programmes radio préférés »

Bonne nouvelle ! Depuis une semaine, il est à nouveau possible de profiter d’un petit café ou d’un bon demi à la terrasse de votre bistrot préféré ! Mais pour en revenir au sujet du jour, la part du télétravail va baisser et les Français vont à nouveau pouvoir profiter des embouteillages et avec eux, retrouver leurs programmes radios préférés. A un an d’une présidentielle, c’est tout bon pour le média radio !

Mais ce yoyo d’audience n’est pas le seul phénomène que l’on aura pu constater au cours de cette période inédite. Les excellentes expertes et les non moins remarquables experts de Médiamétrie (ne comptez pas sur moi pour l’écriture inclusive !)  nous ont concocté une petite mise à jour de l’étude Global Radio et une fois encore, on y apprend plein de choses hyper intéressantes sur l’évolution de la petite boîte à antenne !

Global Radio, c’est l’étude qui n’aurait eu aucun sens dans les années 90 ! Elle mesure l’audience de la radio en fonction du mode de réception et inclut bien entendu les supports numériques (d’où l’absurdité – ou le génie intégral – si elle avait été lancée dans les 90’s !).

Elle mesure aussi l’audience en replay

Britney Spears Yes GIF

I Phone contre transistor : qui sera le grand gagnant ?

Alors en deux mots, le transistor résiste plutôt bien mais le numérique arrive à grands pas ! L’écoute sur les supports multimédia affiche 15% d’audience cumulée, en progression d’un demi point vs N-1. Les esprits chagrins vont une fois de plus la ramener « Comment ? à peine un demi-point de plus en un an ?… Ça vaut un article sur le site de Ketil ça ??? ». Eh bien oui, parce que dans un même temps, l’audience cumulée des « Postes radio » perd 5 points ! Ce que nous pourrions résumer par : « smartphone 1 – autoradio 0 » !

L’écoute de la radio sur les supports numériques est donc en légère hausse quand l’audience globale du média est elle, en baisse. 8,3 millions d’auditeurs écoutent chaque jour la radio en numérique : smartphone, enceintes vocales, PC, tablette, TV et même… baladeur (si si, il y en a… 128.000 chaque jour quand même ! respect !)

In The Zone Dancing GIF by Desiigner

Cette écoute sur les supports numériques pèse 17,4% de l’audience, le hertzien représente donc encore la très grosse partie de l’audience. Mais cette contribution de l’audience numérique augmente : elle était de 15% l’année dernière. Quant à la durée d’écoute sur ce type de supports, elle gagne 4 minutes vs 2020 et s’élève désormais à 2h18 (vs 2h43 tous supports d’écoute confondus).

Ces différences, notamment sur la durée d’écoute, s’explique aussi par les différences de tranches d’âges. L’écoute sur support numérique pèse désormais près du tiers de l’audience globale chez les 25-34 ans et progresse de presque 10 points en un an.

Chez les plus jeunes, la révolution est en marche et nul doute désormais que l’avenir de la radio passera par le numérique… Reste à savoir de quel numérique on parle, entre DAB ou VOIP ?…

Pour en savoir plus sur le DAB+, (re)découvrez ici l’interview de l’excellent Philippe Espinet, spécialiste de la diffusion radio.

2021 : l’année du replay !

Parmi les effets de la crise sanitaire, l’accéleration d’un mouvement engagé depuis quelques années déjà : la pratique du replay et le podcast ! Chaque jour, 2,6 millions d’auditeurs écoutent la radio en replay pour une durée de 1h09, c’est près de 300.000 auditeurs de plus que l’année dernière, prêts à rattraper leur programme préféré.

La délinéarisation est en marche grâce au smartphone. C’est en effet le device préféré des replayers… L’audience cumulée sur ce support s’élève à 3,3% et représente donc une écrasante majorité de l’audience. Ce type d’écoute est principalement réalisé sur Internet ou sur une application radio. Elle devance très largement l’écoute sur les sites vidéo ou via les réseaux sociaux.

Nouvelles pratiques des auditeurs, nouveaux modes d’écoute, nouvelles études… La semaine prochaine, la radio fêtera ses 100 ans et les 40 ans de la libéralisation de la bande FM. Avec cette étude, Médiamétrie montre une nouvelle fois que ce média désormais centenaire est plus que jamais dans l’ère du temps.

 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur nos études et les solutions proposées chez Ketil Media ? N’hésitez pas à nous contactez ici ou en appelant au 06.83.98.72.79


En savoir plus sur cette actualité ?

Complétez ce formulaire et notre équipe vous donnera plus d'informations dans les plus brefs délais.

    *champ obligatoire