Ecouter la dernière pause classique S'inscrire à la pause classique

Les actualités de KETIL MEDIA

Consommation estivale : le fond de l’air est frais

Cet été (entre le 10 juillet et le 6 août), les dépenses des ménages français en produits de grande consommation et frais libre-service en circuit généraliste ont progressé de 0,7%. Pour les spécialistes de Kantar World Panel, l’étude de référence d’où sont issues ces données, la dynamique est moins marquée que lors des deux mois précédents. Cela porte à +0,6% la hausse des dépenses des ménages français en produits de grande consommation et frais libre-service en circuit généraliste sur un cumul de l’année à début août.

Pour Kantar World Panel, « La perception de leur pouvoir d’achat n’est pas des plus optimistes, car les ménages français ont plutôt l’impression que les prix ont augmenté au cours des 12 derniers mois, mais l’envie de dépenser est bien présente. 40% des ménages déclarent avoir envie de dépenser, et ils sont même 55% à vouloir se faire plaisir pour leurs courses de produits courants. Pour autant ils ne sont pas plus enclins à sortir au restaurant, au cinéma, aux musées… puisque 43% déclarent sortir autant que d’habitude, mais pas plus. »

Le point sur le marché des smartphones

Le 12 septembre dernier, Tim Cook, CEO d’Apple annonçait au monde entier la sortie des nouveaux iPhone, 10 ans après la sortie du premier smartphone star de la marque à la pomme. Au cours des mois d’octobre, sortiront donc les iPhone 8, 8+ et en novembre, le fameux iPhone X (prononcer Ten). L’occasion de faire un point sur le marché des smartphones dans le monde, et sur le positionnement des différents acteurs de ce marché si florissant.

Selon le cabinet d’étude IDC, les livraisons de smartphone vont continuer à croître au moins jusqu’en 2021. Les ventes de ces téléphones / assistants / ordinateurs passeront ainsi de 1,47 milliard d’exemplaires en 2017 à 1,7 milliard en 2021. En ce qui concerne les systèmes d’exploitation, IDC ne s’attend pas à de grands changements d’ici 2021, Android dominant toujours le marché avec environ 85% des ventes et 1,48 milliard de terminaux vendus à cette échéance devant iOS dont la part de marché tournera autour de 14-15%, soit 249,3 millions d’iPhone livrés.

En France, 80% des smartphones sont selon l’institut Kantar équipés du système Android. Et sans surprises, c’est Samsung qui place 4 références de smartphone parmi les 5 les plus vendus en France. L’IPhone 7 est donc le fameux 5ème et pèse, selon Kantar, 3,4% des ventes sur les premiers mois de 2017. En France, cette année, Samsung et Apple demeurent les seules marques présentes dans le Top 10 des appareils les plus vendus.

L’animation et la fiction en tête des exportations des programmes français

Le Centre National du Cinéma et TV France ont publié la semaine dernière leur rapport sur l’exportation des programmes audiovisuels français en 2016. Une année record avec une augmentation de plus de 30%. Ce sont les programmes d’animation et de fiction qui sont les genres qui s’exportent le mieux et qui tirent ces exportations vers le haut. Les ventes de programmes hexagonaux ont atteint 189,1 millions d’euros (+15,2% en un an). L’animation est le premier genre exporté par l’industrie de la télé française. Il pèse 39 % des ventes, soit 75 millions d’euros, et 40 % des préfinancements (préventes et coproductions internationales). Ce type de contenus plaît notamment aux plates-formes de vidéo à la demande, qui pèsent désormais plus de 20 % des ventes à l’international. Parmi les autres succès sur les marchés étrangers « Paf le chien » ou« Trotro ».
La fiction arrive en deuxième position (+21% à 49,8 millions d’euros), tirée par le succès de séries comme « Dix pour cent » diffusée sur France 2, vendue à Netflix pour 60 pays ou le « Bureau des Légendes » (Canal+) vendue dans six pays dont les Etats-Unis.

Diesel : les prix vont monter !

Le gouvernement poursuit sa route vers la propulsion hybride et électrique. Après avoir annoncé il y a quelques semaines que la France viserait la fin de l’essence d’ici 2040, le gouvernement vient de décréter que dans 4 ans, le prix du diesel aura rejoint celui de l’essence. Bruno Le Maire, le ministre de l’économie vient en effet d’annoncer lundi dernier que la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) allait augmenter de 2,6 centimes par litre de gazole « chaque année pendant quatre ans ». « Personne ne peut plus comprendre aujourd’hui que la fiscalité du diesel et de l’essence ne soit pas la même » a déclaré le ministre dans un entretien aux Echos.

Le salon automobile de Francfort qui a ouvert ses portes la semaine dernière fera donc la part belle à l’hybride et à l’électrique. En France, les ventes de voitures particulières neuves roulant au gazole ont chuté depuis le début de l’année sous la barre des 50% (47,8% exactement). En Allemagne, la chute est tout aussi brutale : la part du diesel a fondu à 37,7% en août contre 45,3% un an plus tôt. Les pouvoirs publics ont longtemps encouragé l’achat de voitures diesel au nom de l’indépendance énergétique et de la lutte contre les émissions de CO2. Les constructeurs et équipementiers ont massivement investi dans cette technologie.

Les constructeurs japonais se mobilisent aussi : Honda vient de confirmer que les technologies d’électrification équiperont désormais tout nouveau modèle de voiture lancé en Europe. L’annonce a été faite par Takahiro Hachigo, PDG de Honda Motor Company, lors de sa conférence de presse au salon automobile de Francfort 2017.

La #Data arrive enfin en radio

Moderne, puissant, solide et efficace le media radio avait tendance à vivre sur ses acquis. L’arrivée de la #data révolutionne le médiaplanning et lui donne une nouvelle dynamique.

Médiamétrie a opéré la fusion de son panel premium et de la 126 000

Depuis 30 ans, les annonceurs et leurs agences media construisent leur plan media sur la base de cibles socio-démographiques : âge / sexe / CSP / Lieu géographique.

Ces cibles sont présentes dans toute l’étude Médiamétrie radio.

Le médiaplanning mesurant l’efficacité d’un plan media est construit à partir de l’étude 126 000 de Médiamétrie croisé avec le panel qui donne les habitudes d’écoute. Dans le panel, ne figuraient que les cibles socio-démographiques. Médiamétrie a étendu les questions posées à son panel pour mesurer les habitudes de consommation et les centres d’intérêt des auditeurs. C’est le panel premium.

Si ce panel premium existe depuis plusieurs années, son utilisation restait limitée car il n’était pas fusionné avec l’étude 126 000. Depuis fin juin, c’est chose faite.

Les annonceurs et leurs conseils peuvent désormais tester leur plan media sur plus de 271 cibles comportementales (consommation, centres d’intérêts).

Concrètement, qu’est-ce que cela change ?

Prenons la cible des acheteurs de voitures neuves. Jusqu’à maintenant, les constructeurs automobiles cherchaient à cerner au mieux leurs acheteurs. Et grosso modo, les cibles d’achat qui reviennent systématiquement sont les 25-49 ans, ou les 25-59 ans. Prenons les 25-59 ans, cible la plus large. En la comparant avec la cible Acheteurs de voitures neuves, on comprend qu’on passe à côté de … la moitié des acheteurs de voiture neuve. Pourquoi ?

Parce qu’il y a des jeunes de 20 ans qui achètent aussi des voitures neuves et d’autres qui à 60 ans continuent de changer de voitures neuves tous les 2 ans. Inversement, il existe des français de 45 ans qui n’ont pas de permis de conduire et n’achèteront jamais de voiture neuve.

Les nouvelles cibles permettent désormais à chaque annonceur de coller au mieux à ses objectifs de communication et ce dans tous les domaines : Loisirs (voyages, sorties, jeux, sports, hobbies), Equipement (automobile, maison), Budget et Patrimoine (niveau de revenu, épargne, investissements financiers et immobilier)

Suivant les cibles précises, les plans media construits sur les cibles socio-démographiques passent à côté de leur cible réelle. Même si les grandes stations de par leur puissance se retrouvent dans toutes les principales cibles, la hiérarchie change, et les horaires d’écoute des consommateurs peuvent évoluer. De nouvelles niches d’optimisation sont par exemple identifiées.

Se mettre au niveau des géants du net

Cette qualité de ciblage n’est pas nouvelle. Quand un constructeur automobile achète le mot clé « voiture » sur Google, c’est bien qu’il cherche à toucher quelqu’un qui s’intéresse à la voiture.

La fusion du panel premium et de la 126000 de Médiamétrie permet cette même approche de ciblage.

Cette année, le chiffre d’affaires de Facebook va dépasser celui de l’ensemble du media radio. Sans garantie de diffusion entière de leur vidéo, et en ne touchant que 33 millions de Français par jour. Le media radio touche 42 millions de 13 ans et plus, soit 80% d’entre eux. Facebook ne touche que 33 millions (sans restriction d’âge) par jour, ne garantit pas la diffusion intégrale de ses publicités et pourtant le chiffre d’affaires 2017 du seul Facebook en France va probablement dépasser celui du media radio en France.

Pourquoi ? Parce que les géants du net proposent une data précise et ciblée sur les comportements d’achat et les centres d’intérêt de leur public.

C’est désormais le cas du media radio.

 

Vincent BUFFIN, Président de KETIL MEDIA

***

Article publié initialement sur LinkedIn Pulse : lire

Prix Goncourt : une 1ère sélection dévoilée

L’Académie Goncourt a dévoilé la semaine dernière sa première sélection de 15 romans qui concourront au plus prestigieux prix littéraire de France et qui sera décerné le 6 novembre prochain. Qui succèdera donc à Leila Slimani, 35 ans, primée en 2016 pour son second roman « Chanson douce » ? A noter que cinq des quinze romanciers retenus pour le Goncourt figurent déjà dans la 1ère sélection du Renaudot.

Voici donc la première sélection du jury présidé par Bernard Pivot (par ordre alphabétique des auteurs) :

  • Kaouther Adimi, Nos richesses (Seuil)
  • Patrick Deville, Taba-Taba (Seuil)
  • Jean-François Désérable, Un certain M. Piekielny (Gallimard)
  • Brigitte Giraud, Un loup pour l’homme (Flammarion)
  • Olivier Guez, La Disparition de Josef Mengele (Grasset)
  • Yannick Haenel, Tiens ferme la couronne (Gallimard)
  • Philippe Jaenada, La Serpe (Julliard)
  • Marie-Hélène Lafon, Nos vies (Buchet-Chastel)
  • Véronique Olmi, Bakhita (Albin Michel)
  • Alexis Ragougneau, Niels (Viviane Hamy)
  • Yves Ravey, Trois jours chez ma tante (Minuit)
  • Monica Sabolo, Summer (J.C. Lattès)
  • Frédéric Verger, Les rêveuses (Gallimard)
  • Éric Vuillard, L’Ordre du jour (Actes Sud)
  • Alice Zeniter, L’Art de perdre (Flammarion)

Vers une évolution de la chronologie des média ?

Après Netflix, c’est SFR qui relance le débat sur la chronologie de la diffusion des films à la télévision. Pour protéger l’industrie du cinéma, la France a mis en place, via le CNC un système chronologique qui impose aux operateurs et aux chaînes des délais incompressibles avant toute diffusion sur la petite lucarne. Pour le public, le principe est simple : plus on attend pour voir un film, moins on paye. Il est donc plus coûteux (et aussi plus agréable, non ?) de voir tout de suite un film en salle que d’attendre un an pour le voir à la télévision sur une chaîne payante ou ne plus rien avoir à payer pour le voir sur une chaîne gratuite au bout de 22 ou 30 mois !…

Un film est mis à la destination du public à la télévision au bout de 4 mois en DVD ou sur les services de VOD payants et à l’acte : il ne peut faire partie d’une offre illimitée ou forfaitaire et doit être proposé à l’unité.

Pour sa diffusion sur une chaîne de télévision, les délais à respecter dépendent du type de chaînes : le genre de la chaîne (cinéma), son caractère payant ou gratuit, les accords passés par cette chaîne avec les organisations professionnelles du cinéma, le taux d’engagement de coproduction de certaines chaînes payantes.

Le délai pour une première diffusion à la télévision est de 10 mois après la sortie en salles, pour les chaînes de cinéma de premières diffusions qui ont conclu un accord avec les organisations professionnelles du cinéma comme Canal+. Un deuxième cycle de diffusion pourra avoir lieu au bout de 22 mois après la sortie en salles, sur les chaînes cinéma qui ont conclu un accord avec les organisations professionnelles du cinéma.

Au bout de 22 mois après sa sortie en salles, le film pourra être diffusé par les chaînes de télévision en clair et par les chaînes payantes autres que de cinéma. Mais cela concerne uniquement les chaînes qui appliquent des engagements de coproduction d’un montant minimum de 3,2 % de leur chiffre d’affaires de l’exercice précédent (par exemple : TF1, M6, F2 ou F3). Le délai est de 30 mois dans les autres cas.

Par la suite, il n’existe pas de limite légale de fin de diffusion d’un film à la télévision.

Mais il faut attendre encore quelques mois avant de pouvoir retrouver le film sur ces deux types de supports :

  • les services de vidéo à la demande par abonnement (mise à disposition possible 36 mois après la sortie en salle),
  • les services de vidéo à la demande à titre gratuit (mise à disposition possible 48 mois après la sortie en salle).

Le secteur Voyage – Tourisme parmi les champions du e-commerce

Le tourisme et les voyages continuent à dynamiser le e-commerce. Selon une étude menée par la FEVAD, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, ce secteur se hisse parmi les produits les plus achetés sur le web. 38% des acheteurs en ligne français achètent des produits de Tourisme en ligne, derrière le secteur habillement / mode et les produits culturels.

Ce sont les nouvelles formes de consommation collaborative qui sont surtout en train d’exploser sur Internet. Et notamment la réservation d’hébergement auprès des particuliers pour les vacances (type AirBnB) ou les sites dédiés au covoiturage organisé comme Blablacar. Une forte pénétration du web dans le secteur Voyages / Tourisme qui concerne les particuliers bien entendu. Mais le commerce électronique BtoB dans ce secteur représente aussi un enjeu important pour les échanges inter-entreprises. Ce secteur Voyage – Transport représente plus de la moitié des ventes e-commerce BtoB, devant les équipements de bureau ou le matériel informatique.

Parmi les champions du e-commerce, voyages-sncf.com se positionne selon l’institut Médiamétrie comme le 4ème site de France, tous secteurs confondus, derrière Amazon, la Fnac et Cdiscount met devant vente-privée.com, ebay ou carrefour… Le site revendique plus de 12 millions de visiteurs uniques chaque mois.