Ecouter la dernière pause classique S'inscrire à la pause classique

Les actualités de KETIL MEDIA

Le coup de Com de l’année : le retour de Michel Vaillant sur le circuit des 24H

Michel Vaillant et sa Vaillante sont de retour sur le circuit du Mans !

Michel Vaillant est une bande dessinée sur le thème du sport automobile créée par Jean Graton à la fin des années 50 relatant les aventures d’un pilote automobile français, courant pour l’écurie créée par son père : l’écurie Vaillante. Il est un des meilleurs pilotes du monde et vit de véritables aventures automobiles à chaque album… 70 albums sont sortis entre 1959 et 2007. Puis en 2012, nait une nouvelle série dessinée par de nouveaux auteurs.

Mais c’est pour la sortie le 2 juin 2017 du nouvel album « Rebellion » que le responsable de la communication externe de Motul et le directeur du développement de Graton éditeur, décident de développer une opération de communication inédite ! En 2016, ils s’associent à nouveau avec l’écurie « Rebellion Racing » et décident de faire participer deux Vaillante au 24H du Mans. C’est d’ailleurs à partir de la modélisation 3D de ces voitures qu’a été dessinée la Vaillante de l’album « Rebellion », sorti le 2 juin dernier. Et c’est donc bien une Vaillante N°13 qui était au départ des 24H du Mans le week-end dernier et une seconde portant le numéro 31 : les deux numéros emblématiques de l’album « le 13 est au départ » de la célèbre saga Michel Vaillant.

Gros coup de Com donc pour les éditions Graton Editeurs qui ont donné vie à la célèbre bande dessinée. D’autant plus qu’après une course épique, la N°13 a fini sur le podium… avant d’être finalement disqualifiée pour différentes entraves au règlement de la course !

> En savoir +

L’arrivée en trombe d’Amazon dans le retail physique

Ce n’est plus un secret pour personne, les développements d’Amazon dans le monde physique sont bel et bien réels. En novembre 2015, l’e-marchand avait déjà marqué le coup en ouvrant sa première librairie baptisée « Amazon Books », au sein de l’University Village de Seattle, avec plus 6.000 ouvrages référencés. Depuis, Amazon en a ouvert deux autres : une à San Diego, ainsi qu’à Portland, avant d’annoncer l’ouverture d’une grande librairie en plein de cœur de Manhattan.

Amazon ne s’est pas contenté d’ouvrir des librairies. En décembre 2016, alors que l’on s’attendait à l’ouverture d’un drive, c’est finalement un magasin test de proximité que l’e-commerçant ouvre à Seattle. Le concept, baptisé « Amazon Go », se veut audacieux et inédit. Il suffit pour le client de disposer d’un compte Amazon, d’un smartphone et de l’application Amazon Go. Les articles qu’il choisit sont automatiquement ajoutés à son panier, puis payés à sa sortie, là aussi, automatiquement. Mais sa limite se situerait à 20 personnes dans le magasin. Au-delà, le système de reconnaissance faciale ne serait pas à même de suivre. L’ouverture définitive du magasin était initialement prévue en 2017… Le temps d’améliorer son IA… ou de laisser définitivement tomber le projet.

Aujourd’hui, Amazon s’est lancé dans le rachat de Whole Foods. Une grande chaine américaine de magasins née il y a près de 40 ans, spécialiste des produits bio. Elle compte pas loin de 500 points de vente. Des rumeurs de rachat de Whole Foods par Amazon avait déjà circulé en début d’année. Pour Amazon, l’alimentaire était encore l’énorme bastion à conquérir. Whole foods était donc une belle cible pour se renforcer dans ce secteur à forte récurrence : en moyenne, les clients Whole Foods y font 30 passages par an.

Il n’y a plus de doutes aujourd’hui sur le fait qu’Amazon veuille devenir un commerçant multicanal global, avec une forte présence physique. Reste à parier que dans le futur la firme va acquérir d’autres chaines de magasins, en fonction des opportunités qui leur seront offertes…

La Croix-Rouge casse les codes de la communication caritative

Chez Ketil Media, on adore ce film réalisé pour la Croix-Rouge par l’agence Altmann+Pacreau ! Ce n’est pas une pub… C’est du cinéma !!!

Il met en scène une super mamie… une véritable héroïne. Témoin d’un accident, elle intervient malgré les dangers pour sauver la vie d’un conducteur. Malgré son âge, telle Wonder Woman, elle gravit tous les obstacles qui sont sur son passage.

Elle effectue les premiers secours puis dotée d’une grande force arrive à sauver un homme avant que tout explose !

Mais tout cela n’est qu’imagination ! Car tout le monde ne peut pas faire ça… C’est pourtant à la portée de tous, en faisant un don.

Avec ce film, la Croix-Rouge casse les codes de la communication caritative en faisant passer un message fort de manière décalée. Humoristique et impressionnante elle donne un vrai sens à la générosité, sans s’apitoyer.

Découvrez ce film génial diffusé en TV pour les Journées Nationales de la Croix-Rouge française.

> En savoir +

Les Français ne sont pas prêts à se passer de voiture…

Les Français ne sont pas prêts à se passer de leur voiture, même si les infrastructures de transports en public pouvaient s’améliorer significativement ! C’est ce que révèle la dernière version de l’Etude d’Ipsos : le Baromètre de la Mobilité en Europe, réalisée pour le cabinet BCG (Boston Consulting Group).

Cette étude montre que les européens passent en moyenne plus de 9h30 dans les transports chaque semaine, soit l’équivalent d’une longue journée de travail. En France, cette moyenne chute à 7h12, dont près de la moitié se font en voiture. 67% des répondants annoncent utiliser la voiture pour se rendre au travail et 69% pour emmener les enfants à l’école.

Cette étude révèle par ailleurs que les Français sont globalement contents de leurs infrastructures routières, à 74%. En revanche, ils sont 58%, toujours selon Ipsos pour le BCG à se dirent mécontents de la fluidité du trafic aux heures de pointe. Mais les français sont-ils pour autant prêts à se passer de voiture si les infrastructures de transport s’amélioraient ? Pas vraiment pour 40% des Français qui ne pourraient renoncer à l’usage de leur voiture. C’est surtout dans l’innovation que les Français trouvent une issue : 72% d’entre eux (et 77% des Européens) affirment que les innovations du type véhicule électrique et autonome auront des conséquences positives sur leur vie de tous les jours…

Apple en route vers les voitures autonomes

Pour Tim Cook, le patron d’Apple, se profile au sein du secteur automobile « un énorme bouleversement ». A en croire le président de la firme à la pomme, l’intelligence artificielle et les technologies de conduite sont en train de transformer l’automobile. C’est pourquoi le groupe souhaite désormais investir fortement dans ce secteur d’avenir. Dans une récente interview donnée aux journalistes de Bloomberg, Tim Cook confirme ses ambitions dans l’automobile. Il y évoque notamment un investissement de 1 milliard de dollars réalisé l’an dernier dans une société chinoise de réservation de voiture avec chauffeur Didi pour développer des « choses stratégiques que les deux firmes peuvent faire ensemble sur la durée ».

Il a été évoqué par certains titres des projets de fabrication de ses propres véhicules. Apple pourrait finalement se concentrer sur les logiciels de conduite. Une piste confirmée par Tim Cook lors de cet entretien : « On se concentre sur les systèmes autonomes car c’est de loin le plus important de tous les projets dans l’intelligence artificielle. C’est pour Apple une technologie clé, fondamentale, très importante ».

Depuis avril, Apple dispose d’une autorisation pour tester des véhicules autonomes en Californie.

Vers la fin des pièces et billets ? Le modèle Danois !

Est-ce le début de la fin pour nos pièces et billets ? Le Danemark vient de faire un pas de plus vers la généralisation de la monnaie dématérialisée. Le parlement Danois vient d’adopter à une large majorité une projet de loi visant à supprimer l’usage de l’argent liquide dans les commerces de 22h à 6h00 du matin, notamment pour des raisons de sécurité. A partir du 1er janvier 2018, les commerces Danois pourront refuser le cash pendant la nuit. Sans cash, pas de braquages et des vendeurs en sécurité.

Contrairement aux Français ou pire, aux américains, les Danois sont déjà de petits utilisateurs d’argent liquide et de gros utilisateurs de cartes bancaires. D’ores et déjà à Copenhague, certains bars ont anticipé la mesure du gouvernement en supprimant les caisses et les terminaux de cartes bancaires au profit de systèmes de paiements par smartphone…

Publicis Groupe : Arthur Sadoun succède à Maurice Levy

Le 1er Juin dernier Arthur Sadoun, 46 ans, a été nommé à la tête de la troisième agence de publicité du monde Publicis.

Après 30 ans de « règne », Maurice Lévy, l’emblématique patron qui a mené le développement international du groupe Publicis et hissé la petite entreprise familiale au 3e rang mondial du secteur de la communication, raccroche les gants. Aujourd’hui il passe le flambeau donc, mais sans pour autant quitter l’entreprise. Il occupera le poste de président du conseil de surveillance à la place d’Élisabeth Badinter, fille du fondateur Marcel Bleustein-Blanchet et première actionnaire du groupe.

Quant à Arthur Sadoun qui a rejoint le groupe à 35 ans, il n’a eu de cesse d’élargir son périmètre chez Publicis en occupant plusieurs postes clés au sein de Publicis Worldwide : directeur général de l’agence, puis PDG. Et aujourd’hui donc, PDG de « Publicis ».

Nouvelle époque, nouveaux enjeux pour Arthur Sadoun. Même si il sera difficile de reproduire les performances exceptionnelles de Maurice Levy depuis 30 ans, il devra répondre aux bouleversements structurels qui affectent l’industrie de la publicité. Le groupe doit désormais innover en se tournant notamment vers les enjeux de la Big Data et en développant les technologies capables de traiter ces milliards de données numériques. Et bien sûr faire avec les nouveaux acteurs nommés Google ou Facebook qui captent désormais une grosse partie de la croissance de la publicité digitale. Face aux GAFA, Arthur doit aujourd’hui repartir en croisade !

Risque d’inflation du prix des croissants !

La fédération des Entreprises de Boulangerie tire la sonnette d’alarme ! Les prix des viennoiseries pourraient augmenter en raison de la pénurie de lait, qui impacte directement le prix du beurre.

Le vrai croissant est composé à 30% de beurre. En 1 an, le prix du kilo de beurre a augmenté de près de 80% ! Une pénurie de lait qui s’explique notamment par la forte demande des pays asiatiques. Selon la FEB, la Fédération des Entreprises de Boulangerie, le lait est en priorité utilisé pour le fromage ou la crème, pas pour le beurre. La FEB demande donc dans un communiqué de mettre en fabrication davantage de beurre pour faire ralentir cette inflation.

Pour le moment, les professionnels n’envisagent pas de répercuter cette augmentation du prix du beurre sur les viennoiseries et les pâtisseries. Les professionnels, et en particulier les indépendants essaient de compenser comme ils peuvent…

Nos boulangers pâtissiers tirent la sonnette d’alarme pour alerter les pouvoirs publics et les acteurs de la grande distribution sur l’avenir de leur métier… avant un éventuel beurre’n out ?